Proudly sponsored by


BE Ultimate Jointworks Chiropractic

On Spirit of the Game – En regard à l’Esprit du jeu

Team Canada

Team Canada vs Team Japan Retrospective


Sometimes, you can’t even explain what you just did, because there is no good explanation.  When the moment passes, you can only apologize to the person you’ve wronged.  It is worth saying again: we are sorry, Team Japan. 

 After reflecting on our game against Japan at length, we determined there was something we needed to change about ourselves as a team and as individuals.  This is what we decided.

The Spirit of the Game in ultimate is often quickly and casually distilled as being alike to simple “sportsmanship.”  We would like to imagine that would mean that good Spirit is as simple as avoidance of cheating and a respectful decorum.  In practice, in a game that is entirely self-officiated, it encompasses far more, because we are put in the chronic position of having to judge each other.

The Spirit of the Game is a compact between teams — not just to know and play by certain rules, but to observe mutually acceptable tolerances on an incredible variety of subjective infractions such as travels and fouls.  It hinges on our entirely unreliable perceptions of each others’ actions, language, and body language.  Further to that, at no time on the field (or even on video replay) do we as players possess the omniscience to know precisely what unfolded, how it was intended, or what each other is thinking.  There is always missing information or context, and it is a very human habit to try to fill those gaps with our projections.  Our reactions then depend on our expectations of each other, the things we do, the things we expect to have done to us, and a range of behaviours that two opponents may accept — or may not.  Sometimes, there are no incidents, opponents understand each other perfectly, and Spirit is easy.  When there are complications, Spirit of the Game can be one of the most difficult requirements in sport. Recently, we experienced a perfect example.  

At WUGC2012, Team Canada Open and Team Japan Open met in power pool play.  It was expected to be an exciting, closely matched game.  Both teams possessed a strong respect for each other, and some players are old friends.  It is not common knowledge, but one of Team Canada’s cheers is in fact a homage to a legendary spirit-prize-giving ceremony that Japanese players performed for Canadians in 2010.  In the end, it was a close game, but Japan played better and they won, as they deserved to, and for that they are to be congratulated.  The story of the game that propagated, though, was of the regrettable sportsmanship therein — in particular, the story of our own wrongdoing.  The objective of this letter is not to rehash the infractions or infraction calls seen that day; ultimately, it would not be productive.  There is one valuable lesson we learned that day above all others, though, and that is the theme of this post.

One of the most demanding requirements of Spirit of the Game is the governance of your own perceptions of the game.  In three words, it is the “benefit of doubt.”  This idiom most succinctly captures the most important
skill we must exercise when judging play and conflicts on the field.  Conflicts are inevitable.  Disagreements and misunderstanding are inevitable; even bad calls are inevitable. We must accept that inevitability and
embrace it.  We must put aside appearances and our righteous anger, and accept that accidents, disagreements, conflicts of perspective, and even egregious infractions will exist.  And even when we are certain we have been wronged — even then — we have to try to tell ourselves that good people sometimes make terrible mistakes, and move on.  It is the only way to diffuse an escalating confrontation.  We owe each other that seed of doubt, that mutual respect and trust.

Our mistake in our game against Japan is that at some point, we allowed ourselves to believe that our opponents were trying to do us wrong.  When the temptation presented itself, we indulged it.  We revoked the benefit of the doubt.  In the face of conflict, we escalated.  Our players became visibly agitated, emotional and reactionary.  Both teams escalated in their own way, but in the end, we made some terrible decisions.  It was not the game we wanted to play.  Sometimes this happens, but it is an extra shame that it had to happen on this stage.

For offences we committed, we apologized to Team Japan in our spirit huddle.  We recognize our fault.  And since that game, the leaders of TC-Open and TJ-Open have stayed in communication to make amends, to discuss our frustrations, to help decide what we expect and accept from each other; in short, to find ways to avoid such situations between us again.  It is a process.  We have to do this because maintaining Spirit of the Game requires the taking of responsibility for your actions; it also means burying the hatchet, putting the past behind us, and trying to be better in every possible way.

Footage of the game in question is accessible free of charge, which is suitable, because it is not much fun to watch.  It is not a good game.  We see ineffective communication, knee-jerk reactions, players becoming visibly agitated, and in a few particularly distasteful moments, Team Canada commits a string of irrational fouls. Please watch it and try to learn from our mistakes.  If you do, you will be able to judge various calls and infractions for yourself.  In doing so, all I ask is that you remember what Team Canada forgot — the benefit of the doubt.

 

 

Rétrospective du match Équipe Canada contre Équipe Japon

Parfois, vous ne pouvez même pas expliquer ce que vous venez de faire, parce qu’il n’y a pas de justification possible. Une fois l’incident passé, la seule chose que vous pouvez faire, c’est de vous excuser auprès de la personne à qui vous avez causé du tort. Il est important que nous le répétions : nous sommes désolés, Équipe Japon.

Après avoir réfléchi sur notre l’ensemble de notre match contre le Japon, nous avons déterminé qu’il y a quelque chose que nous devons changer en tant qu’équipe. Voici ce que nous avons décidé.

L’Esprit du jeu à l’ultimate est souvent et rapidement relégué au rang de simple «esprit sportif ». Nous aimerions imaginer qu’un bon Esprit du jeu est aussi simple que d’éviter la tricherie et d’obéir à un décorum respectueux. En réalité, dans un sport qui est entièrement auto-arbitré, ce concept englobe beaucoup plus, parce que nous devons constamment  juger des comportements des uns et des autres.

L’Esprit du jeu est un pacte entre les équipes – pas seulement celui de connaitre et de jouer en respectant les règles, mais aussi un pacte qui vise à maintenir un niveau de tolérance acceptable face à une variété incroyable d’infractions subjectives, tels que les « marcher » et les fautes. Ce pacte repose entièrement sur nos perceptions peu fiables des actions, du langage verbal et non verbal des autres joueurs. Ceci étant dit, en aucun moment sur ​​le terrain (ou même grâce à la reprise vidéo) nous, les joueurs, possédons l’omniscience de savoir précisément ce que s’est déroulé, de connaître les motifs de ces actions, ou de savoir ce que chacun d’entre nous pensait. Il y a toujours des informations manquantes au contexte, et il s’agit d’une habitude très humaine de vouloir essayer de combler ces lacunes avec nos projections. Nos réactions dépendent alors de nos attentes envers les uns et les autres, de nos actions, des choses que nous attendons qui soient faites à notre égard, et d’une gamme de comportements que les deux adversaires peuvent accepter – ou non. Parfois, il n’y a pas d’incidents, les opposants se comprennent parfaitement, et l’Esprit du jeu est facilement applicable. Cependant, quand il y a des complications, l’Esprit du jeu peut être l’une des exigences les plus difficiles de notre sport. Récemment, nous en avons connu un exemple parfait. Nous vous écrivons cette lettre ouverte pour souligner cette leçon.

Aux championnats du monde 2012, l’équipe nationale masculine canadienne et l’équipe nationale masculine japonaise se sont rencontrés en partie de la ronde élite. Tous savaient que cette partie serait excitante, avec un pointage très serré. Les deux équipes possèdent un profond respect pour l’autre, et certains joueurs sont même des amis de longue date. Peu de gens le savent, mais l’une des célébration d’après partie d’Équipe Canada est en fait un hommage à une cérémonie de remise de prix « spirit » légendaire que les joueurs japonais avaient réalisé pour les canadiens en 2010. En fin de compte, ce fut un match serré, mais le Japon a mieux joué et ils ont gagné, comme ils le méritaient, et pour cela, ils doivent être félicités. Cependant, l’image qui circule présentement de cette partie est celle d’un regrettable niveau d’esprit sportif – en particulier, l’image de mauvais comportements de notre part. L’objectif de cette lettre n’est pas de ressasser les infractions ou les appels d’infraction vus et entendus ce jour-là; au bout du compte, cela ne serait pas productif. Il y a plutôt, au-delà de tout autre débat, une leçon précieuse que nous avons apprise ce jour-là, et c’est le thème de cette lettre.

Une des demandes les plus exigeantes de l’Esprit du jeu est le contrôle de nos propres perceptions face à la partie. En trois mots, nous parlons ici du «bénéfice du doute ». Ce simple concept capture la compétence la plus importante que nous devons exercer lorsqu’il s’agit de juger le jeu et les conflits sur le terrain. Les conflits sont inévitables. Les désaccords et les malentendus sont inévitables; même les mauvais appels sont inévitables. Nous devons accepter cette fatalité et l’embrasser. Nous devons mettre de côté les apparences et notre colère, et accepter que les accidents, les désaccords, les conflits de perspective et même les infractions flagrantes existeront. Et même lorsque nous sommes convaincus que nous avons été lésés – même en ces moments de colère – nous devons essayer de nous dire que de bonnes personnes font parfois des erreurs terribles, et ainsi passer à autre chose. Il s’agit du seul moyen de limiter une escalade dans la confrontation. Nous devons aux autres ce germe de doute, ce respect mutuel et cette confiance.

Notre erreur dans la partie contre le Japon, c’est qu’à un certain moment, nous nous sommes permis de croire que nos adversaires ont essayé de nous faire du mal. Lorsque la tentation s’est présentée, nous y avons succombé. Nous avons révoqué le bénéfice du doute. Lorsque confrontés à un conflit, nous avons laissé la situation dégénérer Nos joueurs sont devenus visiblement agités, émotifs et explosifs. Les deux équipes ont envenimé la situation de leur propre manière, mais à la fin, c’est nous qui avons pris des décisions terribles. Ce n’était pas la partie que nous voulions jouer. Parfois, cela arrive, mais c’est une honte supplémentaire que cela soit survenu sur la scène mondiale.

Pour les offenses que nous avons commises, nous nous sommes excusés à l’équipe du Japon dans notre caucus d’après-match. Nous reconnaissons nos fautes. Et depuis cette partie, les capitaines de TC-Open et de TJ-Open ont continué à communiquer afin de faire amende honorable, de discuter de nos frustrations, d’aider à décider ce que nous attendons et acceptons les uns des autres; bref, afin de trouver des moyens d’éviter qu’une telle situation se reproduise entre nous. C’est un début. Nous devons le faire parce que le maintien de l’Esprit du jeu exige la prise de responsabilité de nos actes, mais il exige également que nous enterrions la hache de guerre, que nous laissions le passé derrière nous, et que nous essayions d’être meilleurs de toutes les manières possibles.

Des vidéos de la partie en question sont disponibles gratuitement, ce qui est approprié, car ce n’est pas très amusant à regarder. Ce n’est pas un bon match. Nous y voyons une communication inefficace, des réactions instinctives, des joueurs qui deviennent visiblement agités, et à quelques reprises particulièrement déplaisantes, nous y voyons Équipe Canada qui commet une chaîne de fautes irrationnelles. S’il vous plaît, regardez ce vidéo et essayez d’apprendre de nos erreurs. Si vous le faites, vous serez en mesure de juger les divers appels et infractions pour vous-même. Ce faisant, tout ce que nous vous demandons, c’est que vous vous souveniez ce qu’Équipe Canada a oublié : le bénéfice du doute.

Signed,
Team Canada Open

 

 

Oscar Pottinger.jpgMarc Seraglia.jpgYvan Duban.jpgMatt Berezan.jpgNathan Dandurand.jpg

Aaron Koenig.jpgAndy Collins.jpgAlex Davis.jpgBrendan Wong.jpgAndrew Ouchterlony.jpg

Andrew Brown.jpgAaron Liu.jpgScotty Nicholls.jpgGabe Saunkeah.jpgMatt Doyle.jpg

Anatoly Vasilyev.jpgAndre Gailits.jpgKevin Underhill.jpgJohn Hassell.jpgMorgan Hibbert.jpg

CJ Harmer.jpgNick Menzies.jpgKirk Savage.jpgAdrian Yearwood.jpgalex Hughes.jpg

Seb Toth.jpgThomas Kuhn.jpg

 

Alex Davis

Comments are closed.